César Pelli recevra à Bilbao, le 15 juillet, le prix BIA, la plus haute récompense décernée par les architectes de Bizcaye

César Pelli recevra à Bilbao, le 15 juillet, le prix BIA, la plus haute récompense décernée par les architectes de Bizcaye

L’architecte argentin César Pelli recevra à Bilbao, le 15 juillet prochain, le Prix BIA, que décerne la délégation du Collège des Architectes de Bizcaye à un professionnel pour sa contribution spéciale à la transformation urbaine de Bilbao. Si, il y a deux ans, la première édition de ce prix a récompensé le britannique Norman Foster, cette année le prix récompensera le travail de César Pelli pour l’aménagement de la zone d’Abandoibarra, dont l’œuvre majeure, la Tour Iberdrola, gratte-ciel de 165 mètres, est déjà le nouveau symbole financier et entrepreneurial de la ville. Le prix est une reconnaissance de la contribution de César Pelli au projet de transformation du waterfront de Bilbao initié dans les dernières décennies. Selon le jury, le travail développé par l’argentin dans le Masterplan d’ Abandoibarra “s´érige comme une pièce remarquable au sein de toutes les actions mises en place pour transformer la ville” et “a donné comme résultat, un espace récupéré par les citoyens et pris comme modèle pour des projets urbanistiques similaires dans d’autres environnements urbains”.   L’œuvre architectonique de César Pelli (Túcuman, 1926) se distingue par l’élégance et la sobriété des lignes de ses édifices, autant que par la manière dont il combine les matériaux comme le verre, la pierre et le métal. Plus de 180 projets (dont certains aussi singuliers que les tours Petronas à Kuala Lumpur, Malaisie) représentent son architecture, bien qu’il ait toujours évité les préconceptions formalistes dans ses œuvres. L’argentin est associé fondateur de Pelli Clarke Pelli Architectes, un des bureaux d’architecture les plus reconnus au niveau mondial dans le développement des constructions en hauteur. Ce prestigieux bureau, dont...
Bordeaux, ville invitée de la deuxième édition du BIA  comme modèle de revitalisation urbaine du front d’eau

Bordeaux, ville invitée de la deuxième édition du BIA comme modèle de revitalisation urbaine du front d’eau

Bordeaux sera la ville invitée de la deuxième édition du BIA Urban Regeneration Forum. La capitale française se verra remettre une récompense lors du Prix d’Architecture qui réunira à Bilbao, au mois de juillet prochain, plus de 300 architectes et urbanistes pour débattre des nouveaux scenarii autour de l’eau. BIA Forum 2016 reconnaît, ainsi, le beau travail réalisé dans la ville de la Garonne pour récupérer son front d’eau (waterfront). Un processus de régénération urbaine qui est une référence pour sa qualité tant dans le processus que dans les résultats obtenus. Depuis 1990, Bordeaux a connu une profonde transformation urbaine qui fait d’elle, aujourd’hui, l’une des villes les plus attractives de France. La régénération des rives de la Garonne a été l’une des clés du projet largement soutenu par le maire, Alain Juppé. Du point de vue de la régénération du waterfront, Bordeaux a su intégrer le nouveau contexte socio-économique de relation port-ville, non seulement pour se rapprocher de la Garonne et se l’approprier, mais aussi pour récupérer sa façade fluviale et générer un processus de transformation urbaine. De cette manière, les stratégies d’occupation des nouveaux sols libérés par le port ont ouvert un large éventail de propositions urbanistiques, allant d’une vision paysagiste des nouvelles berges reconquises jusqu’à la diversité de leurs usages, tant résidentiels qu’à des fins d’activités économiques et d’infrastructures collectives pour les nouveaux quartiers conçus. BIA Forum met en avant, au travers de ce choix, la grande similitude de régénération urbanistique entre Bilbao et Bordeaux, avec, dans les deux cas, un pari évident sur la revitalisation du waterfront urbain, mais aussi la similarité dans leur support...
Le BIA Urban Regeneration Forum convoque un concours d’idées international pour la Ribera d’Elorrieta à Bilbao

Le BIA Urban Regeneration Forum convoque un concours d’idées international pour la Ribera d’Elorrieta à Bilbao

La deuxième édition du BIA Urban Regeneration Forum est lancée. Le prix d’architecture qui réunira dans la capitale de Biscaye, au mois de juillet prochain, plus de 300 architectes et urbanistes pour faire connaître des expériences de villes portuaires du monde entier et débattre de propositions de récupération des fronts d’eau (waterfronts), a convoqué un concours d’idées international pour l’aménagement urbain et le design de l’espace public d’une zone située sur la Ribera d’Elorrieta, à Bilbao. Plus précisément, il s’agit de l’espace situé entre la ligne de métro et la ría, entre le quartier de San Ignacio-Elorrieta et la limite municipale avec Lutxana-Erandio. La zone est actuellement occupée en grande partie par des services municipaux de nettoyage, des dépôts de bus, des bâtiments industriels et, à l’extrémité nord, par des bâtiments à usage résidentiel (voir plan). Le concours dirigé aux étudiants et jeunes architectes, dont le commissariat a été confié aux architectes Marta González Cavia et Jorge Cabrera, projette le réaménagement intégral de cette zone et son intégration dans son environnement proche, en portant une attention spéciale à la qualité des espaces publics qui constituent le waterfront et à l’application des critères de développement durable. Les dossiers soumis au concours devront prendre en compte le projet d’un pont réservé aux piétons qui joindra cette zone avec Punta Zorrotza ainsi que l’existence de la Casa de bombas, un édifice récemment restauré et déclaré Bien d’Intérêt Culturel par le Gouvernement Basque. La zone constructible a une superficie totale de 9.500 mètres carrés. 70-80% de cette surface sera destinée à un usage d’habitation (720 logements) et au moins 15% aux parcs et...

Discours de Sir Norman Foster. Remise du premier Prix BIA

L’architecte anglais Norman Foster dans le décor du Musée Guggenheim le premier prix BIA de la Chambre des architectes basques et de Navarre, pour sa contribution à la régénération urbaine de Bilbao. Foster, auteur du design d’avant-garde des stations et entrées du Métro de Bilbao a déclaré que rien dans toute son expérience d’architecte n’est comparable à son expérience sous terre, lorsqu’il a construit les tunnels du métro de Bilbao, une expérience qu’il a qualifiée de « quasi religieuse ». Dans son discours après avoir reçu le prix, Foster a rappelé son époque de la construction du métro, terminé en 1995. « J’ai de nombreux bons souvenir de l’époque où j’étais à Bilbao, et j’ajoute aujourd’hui une autre dimension à ces mémoires », a-t-il commenté. « Dans toute ma carrière d’architecte je garde de nombreux souvenirs de mes visites sur les sites, des bâtiments découverts, mais rien n’est comparable à mon expérience ici, in situ, à la vision des tunneliers sous la terre. Je n’oublierai jamais cette expérience, quasi religieuse, cette prise de conscience des forces de la nature, de la dynamique du changement ». « J’étais inspiré par l’idée de créer des grottes, de révéler par les tunnels cette force de la nature sans tenter de la dissimuler, en la révélant au contraire ». « J’ai créé une chose totalement spéciale pour ce lieu. L’identité d’une ville a de plus en plus à voir avec l’usage qui est fait des espaces publics, les connexions et les mouvements, et la qualité des infrastructures est plus importante que la qualité des bâtiments ». Dix-neuf ans après l’inauguration du métro de...